Du fond du garage / les doigts noirs

La présence d’une jauge à carburant

est fort utile, d’autant plus si elle est

en mesure de nous informer sur le niveau réel

(ou même approximatif, il suffit de le savoir)

de nos réserves d’hydrocarbure embarquées,

cela peut nous mettre à l’abri d’un désagréable épisode

tragi-comique se produisant souvent le dimanche

soir et dans un lieu ignoré de la civilisation où même

l’ombre d’un bijaugeur Satam ou Boutillon n’est qu’un

mirage.

Le symptôme de cette défaillance:

– Aiguille paresseuse ne sortant que très rarement de sa léthargie,

même après un plein bien arrosé, cet indicateur a fini par rester

obstinément en position « Vide », « à sec ».

Les causes :

 Ce mécanisme basé sur la poussée d’ Archimède et sur la présence d’un

flotteur a montré un manque d’étanchéité et s’est finalement rempli

partiellement de carburant, ce qui a conduit à une noyade fatale,

les gestes d’urgences requis n’ont étés d’aucune efficacité sur l’individu

composé d’aluminium extrudé (comme les vieux tubes d’aspirine-vous

en aurez bien besoin à la fin de tout cela !).

 

-Remède(s):

– Changement du flotteur en gardant le mécanisme (de marque « Magura »)

par un flotteur d’un autre mécanisme en stock (de marque « VDO »),

ce second mécanisme se distinguant par sa propension à fuir (et

par la même occasion à décaper la peinture du réservoir, et à nous

indiquer de manière odorante la présence effective de carburant.)

Sur la photo n°2, le mécanisme « VDO » est celui de gauche, composé

de nombreuses pièces (pourquoi faire simple) sensées garantir l’étanchéité,

quelques années, et finalement il ne subsiste plus qu’un soufflet en élastomère/

caoutchouc qui finit par être rongé par le carburant (photo n°3).

Ouf, vous suivez ?

 

 

Jauge_flott-1_sd.jpg

 

VDO                                                                                                                               MAGURA

Jauge_flott-2.JPG

 

VDO                                                                                                                               MAGURA 

Jauge_flott-3.JPG

 

   Mécanisme VDO et les restes de sa membrane phagocytée.

Jauge_flott-4.JPG

 Mécanisme MAGURA, coté câble.

Jauge_flott-6.JPG

Mécanisme MAGURA, coté réservoir.(un seul orifice)

Jauge_flott-5.JPG

Récupération flotteur (VDO).

 

Jauge_flott-7.JPG

Axe mécanisme MAGURA (un joint torique et c’est tout).

Jauge_flott-8.JPG

Désolidarisation axe et tige du flotteur (qui n’est plus étanche,

rappelons le, et ce sans rapport avec l’auteur).

Jauge_flott-9.JPG

Confection d’une nouvelle tige de flotteur.

Jauge_flott-10.JPG

 

 

Tige formée et contrepoids en bronze (idem origine).

Jauge_flott-11.JPG

 

Le tout assemblé, contrepoids serti avec délicatesse (pan sur la tête).

Jauge_flott-12.JPG

Brasage tige et axe.

Jauge_flott-13.JPG

 

Jauge_flott-14.JPG

Jauge_flott-15_sd.jpg

 Et voili, c’est reparti,

merci pour votre attention,

y’en a qui dormaient au fond de la salle !

Publicités